Rencontre avec Carole SEGUIER

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir le roman de Carole Seguier, Petit meurtre tiré par les cheveux paru aux éditions M+.

Résumé :

En 2010, à Toulouse, une Compagnie d’assurance reçoit des lettres anonymes. Jazie Gau, une jeune collaboratrice appelée malgré elle a résoudre cette affaire, va vous entrainer dans cette énigme. Pourquoi le corbeau distille-t-il ses indices tous les mercredis.

En 1985, Méryl Sauret avait une vie idyllique, une maison, un enfant, un mari, tout pour être heureuse. Jusqu’à ce que son conjoint la trompe et à ce jour fatidique du 13 novembre.

Mon avis :

Un polar drôle et décalé sur fond d’enquête sérieuse.

Je me suis régalée du début à la fin.

On retrouve un peu de tous les genres pour un résultat détonnant.

Une petite romance en fond, un meurtre à élucider, une compagnie d’assurance qui tente de déterminer si la personne est décédée de manière naturelle ou non… De prime abord, il s’agit d’un accident, mais à y regarder de plus près… certains indices tendent à proposer une autre alternative !

Que dire de ce final ?

Non, mais vous n’avez pas cru que j’allais tout vous révéler, et puis quoi encore ?

Je vous laisse découvrir cette histoire atypique qui m’a fait passer un super moment.

Le commander sur la Fnac ou Amazon

À retrouver chez M+ éditions.

Je remercie Marc Duteil pour l’envoi de la version numérique.

N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site de la maison d’édition ainsi que sur les réseaux pour découvrir les pépites de M+ et rencontrer l’auteure Carole qui est adorable.


Pour mon plus grand plaisir, Carole Seguier a eu la gentillesse de répondre à mes questions dans le cadre d’une interview.

Je vous laisse découvrir.

Présentation auteur

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai commencé à 21 ans ma carrière à la poste à Paris en tant que conseiller financier et patrimonial après un DEUST de gestion marketing comptabilité à Toulouse.

Mon amoureux étant sur Toulouse j’ai intégré la compagnie UAP. J’ai progressé dans la hiérarchie sur divers postes en changeant tous les 7 ans de métier. Depuis 6 ans je suis sur l’inspection comptable et je navigue sur 6 départements de l’Occitanie ; je suis 3 jours à l’hôtel.

Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

J’avais tout juste la moyenne en français, je suis dyslexique et dysorthographique légère (j’adorais taper à la machine à écrire c’était plus facile qu’écrire), mais je suis surtout hyperactive, je pense à plusieurs choses en même temps. J’aime raconter et les plans de construction ce n’était pas mon fort. Ce n’est qu’avec l’écriture de ce premier roman (il était temps j’ai 55 ans) que je me rends compte qu’il est tout à fait possible d’écrire en utilisant les outils (correcteur d’orthographe, recherche de répétition de mots, Bêta lecteurs, amis correcteurs, etc..)  et d’y prendre du plaisir. J’écris le deuxième roman et je m’amuse vraiment !

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

Mes insomnies récurrentes. J’ai fait le point et je me suis rendu compte que le décès de ma cousine en 1985 avait laissé des traces insoupçonnables.

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ?

C’est mon nom, j’assume toujours mes choix et mes décisions et même si je me mets en danger, il n’était pas question de me cacher derrière un pseudo « pseudo » (rire)

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

Tout ce qui concerne ma vie, de jeune fille, de femme, de mère, celles des autres, proches ou pas !

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

J’écris quand je n’arrive pas à dormir ou pour me changer les idées le Week-end, faire le point ou à l’hôtel quand j’y passe mes soirées.

Aucun objet fétiche, mon ordinateur et de la musique toujours spécifique en fonction du roman.

Le premier c’était du jazz Nina Simone en particulier, pour le deuxième plutôt du classique.

Choix étonnant moi qui suis une adepte des années disco (rire) et pourtant je me régale, car ces musiques m’apportent visuellement des situations que j’intègre dans mes romans.

Que vous apporte l’écriture ? (exemple : reconnaissance, défouloir, bien-être)

Au départ ce fut un exutoire, faire enfin le deuil !

Maintenant pour le deuxième, je m’applique encore plus et cela me stimule, car les lecteurs attendent cette suite et je ne veux pas les décevoir.

Présentation œuvre

Comment s’appelle votre roman ?

Petit meurtre tiré par les cheveux

Pouvez-vous me le résumer ?

En 2010, à Toulouse, une Compagnie d’assurance reçoit des lettres anonymes. Jazie Gau, une jeune collaboratrice appelée malgré elle à résoudre cette affaire, va vous entrainer dans cette énigme. Pourquoi le corbeau distille-t-il ses indices tous les mercredis ? En 1985, Méryl Sauret avait une vie idyllique, une maison, un enfant, un mari, tout pour être heureuse. Jusqu’à ce que son conjoint la trompe et à ce jour fatidique du 13 novembre.

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire(s), personnage(s) ?

Le décès de ma cousine et cette rumination excessive ou ce remord, voire un esprit de vengeance.

Votre roman est paru aux éditions M+, qu’est-ce qui a motivé ce choix ?

J’ai eu 4 propositions à compte d’éditeur et j’ai choisi M+, car le Directeur Marc Duteil a pris la peine d’appeler pour me faire la proposition.

Quel est le public visé ?

Tout public qui veut passer un bon moment sans se prendre la tête.

Quelle est la date de sortie ?

Il est sorti et disponible chez tous les libraires et sites marchands.

Bonus

À présent, nous allons aborder différents sujets plus ou moins en lien avec l’écriture et la lecture.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel, lâchez-vous 😊

Oui, dans mon livre je souhaite que les personnes ouvrent le champ des possibles sur la vie, la mort et la relation de tous les êtres qui habitent notre planète.

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes, n’hésitez pas !

Je suis très mauvaise pour citer des anecdotes, mais peut-être celle-ci !

Je suis du genre à avoir la peur du gendarme, pourtant, j’ai envoyé mon roman au concours de la gendarmerie.

Je n’ai pas été retenue, car mon roman n’était pas assez « gendarmé », par contre leur retour très valorisant a été le déclencheur de mes envois aux maisons d’édition.

Maintenant, quand je vois un gendarme je lui souris et intérieurement je les remercie !

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film, une nouvelle œuvre ?

Un deuxième roman avec une autre enquête et toujours la même héroïne, Jazie, qui aura vieilli, un peu et toujours dans la région toulousaine, le Lauraguais, plus particulièrement. Ah oui, un film pas bête ça !

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir que vous n’auriez pas mentionné auparavant ?

Je continue mes reportages photo des lieux que je visite ou tout simplement des beautés de tout genre qui s’offrent à moi.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

Les enquêtes de tout genre.

Pouvez-vous citer un (ou plusieurs) auteur(s) qui vous inspire(nt) ?

Ce n’est pas qu’ils m’inspirent, c’est plutôt qu’ils me font passer un moment d’évasion ou de réflexion ou d’émotion : Zola, j’adore Nana, Werber, Marc Lévy, Giordano et tant d’autres

L’interview est à présent terminée !

Je vous renouvelle ma gratitude pour votre collaboration et vous souhaite tous mes vœux de réussite dans vos projets en cours et à venir.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.