Rencontre avec Fabrice Causapé

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir une nouvelle interview de Fabrice Causapé, un auteur français que j’aime beaucoup par sa plume acérée et son regard sincère sur le monde qui nous entoure.

Pouvez-vous vous présenter succinctement pour ceux qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Je suis Fabrice Causapé, 37 ans, conseiller funéraire, marié, sans enfant et auteur. 

D’où venez-vous ? (Pays, région ou ville ou campagne) Je trouve intéressant de connaître la portée des échanges littéraires.

J’ai fui la ville pour retrouver ma campagne natale du sud-ouest et jouir d’une réelle qualité de vie.

Avez-vous toujours aimé écrire et/ou lire ?

Non, j’ai lu sur le tard. Stephen King ado, jusqu’à m’en dégoûter, puis plus rien jusqu’à mes 18 ans où j’ai pris une claque avec 99 francs de Beigbeder. Ce roman m’a donné envie de creuser la littérature classique.

Quelle sont vos sources d’inspirations ?

Les auteurs lucides sur leur temps du 18e à notre époque : Sade, Musset, Flaubert, Maupassant, Proust, Kafka, Céline, Aragon, Drieu La Rochelle, Bataille, Camus, Bukowski, Ellis, Houellebecq, Bolano, Wallace et Littell.

Comment se déroule une séance d’écriture « classique » ? Avez-vous des rituels particuliers ?

Avant, j’écrivais le matin mais maintenant j’écris quand je peux. Je parviens à reprendre même si je suis dérangé à de multiples reprises. Je me relis en fin de séance.

Comment vous voyez-vous en tant qu’auteur (celle-là n’est pas facile je vous l’accorde 😉)

Je me vois comme un auteur réaliste qui essaie de tendre un miroir au lecteur afin qu’il ait un électrochoc.

Comment s’appelle votre œuvre ?

La 28e Nuit.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

Il s’agit d’un recueil de nouvelles. Un soir de pleine lune, 15 destins basculent d’une naissance au décès d’une dame âgée, en traversant tous les âges de la vie.

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

J’ai toujours été fasciné par la pleine lune et sa clarté. J’avais pas mal de sensations à retranscrire lors de ce phénomène. C’est en écrivant une chanson pour mon groupe de l’époque que l’histoire m’est venue. Le format me permettait de raconter seulement trois histoires, mais j’étais frustré, j’avais plus à dire. J’ai gardé ce projet en tête et je m’y suis plongé à la fin de la rédaction de mon premier roman en 2006. Je l’ai repris l’an dernier en y ajoutant quatre histoires.

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Je suis un auteur autoédité. Ce mode d’édition me permet de publier quand bon me semble comme plusieurs romans par an.

Quel est le public visé ?

De jeunes adultes et adultes avides de sensation.

Quelle est la date de sortie ?

Le recueil est disponible depuis le 28 janvier 2021.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

J’essaie d’aller à contre-courant de la pensée commune et de la bien-pensance.

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes concernant la réalisation de votre œuvre, n’hésitez pas !

Plusieurs passages anecdotiques de Fondamentalement Détestable font échos à des nouvelles de ce recueil. Des personnages de ce recueil apparaissent dans mon prochain roman. Toutes les œuvres sont connectées. 

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

Il me reste à peaufiner ma nouvelle œuvre que j’espère sortir cet automne. Elle touchera plus de personnes, elle frôlera la romance et fera pleurer.

 Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir ?

Oui, j’ai pas mal de projets d’avance. Je vais essayer de publier une nouvelle entre chaque sortie de roman.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

J’apprécie les romans réalistes qui proposent une vision synthétique d’une époque, d’un moment historique ou anecdotique. En humaniste déçu, je m’intéresse à l’humain, tout de même.

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

L’auteur le plus admirable est, pour moi, Albert Camus. La fulgurance, la finesse, la lucidité et la pureté.

Je vous parlais récemment de La 28ème Nuit, un recueil dévoré qui m’a emporté sur le fil de l’astre lunaire pour un périple déconcertant.

Fondamentalement détestable, son premier roman riche en termes techniques relatant la vie d’un psychopathe en devenir m’avait complètement chamboulée.

Une nouvelle a vu le jour depuis le 1 juillet 2021, Mieszko que vous pouvez retrouver un peu partout.

N’hésitez pas à aimer, commenter et partager 😉

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.