Interview de Xavier Cerf

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir l’interview de Xavier Cerf qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

Avant d’être professeur de français (depuis 2016), j’ai été libraire et journaliste sportif. J’ai donc toujours baigné dans la littérature et l’écriture.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

Je ne sais pas vraiment… A l’âge de 20 ans, j’ai commencé à m’intéresser à l’écriture via mon métier de journaliste. J’ai toujours beaucoup lu et j’ai toujours eu cet espoir, un jour, de commencer à écrire une histoire. Le processus a été très long… Aujourd’hui, je n’ai plus aucune appréhension et j’écris régulièrement, quand je le peux en tout cas.

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ? Pseudo ou vrai nom ?

Il s’agit de mon vrai nom.

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

J’observe énormément… Je lis beaucoup, je joue de la musique… Quand je fais du sport, j’imagine des possibles morceaux d’histoire… Bref, je me sers de beaucoup de choses pour écrire. Parfois, j’ai une idée qui me traverse la tête, je la mets dans mon carnet ou j’allume mon ordinateur pour l’écrire et ne pas l’oublier. Je retranscris parfois des scènes de vie qui m’ont marqué.

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

Pas vraiment… J’ai un métier donc il n’est pas évident de trouver du temps pour écrire. Je fais avec… J’écris quand je le peux, un peu n’importe où… Dans mon salon, dehors… De plus en plus, j’écris sur un cahier et après quelques pages, je recopie sur mon ordi, ça me permet déjà de retravailler le texte, de modifier, de faire des ajouts… Auparavant, je faisais mon premier jet sur ordinateur.

Que vous apporte l’écriture ? Reconnaissance, défouloir, bien-être ?

De plus en plus un bien-être… Je suis de mieux en mieux quand j’écris, ce qui n’était pas le cas il y a encore deux ans… C’était alors pour moi une souffrance… le complexe de la fameuse page blanche. Aujourd’hui, c’est devenu une sorte de réflexe. C’est très plaisant comme sentiment. J’ai l’impression de me nourrir quand j’écris, je m’évade, je pense à autre chose. Et quand je n’écris pas, je ne cesse d’y penser, je cherche des idées pour l’histoire en cours…

Comment s’appelle votre œuvre ?

Lumière bleue.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

Après le décès de sa mère, la jeune Clara se retrouve seule et doit se débrouiller dans une ville gigantesque et totalement sclérosée. Les livres n’y sont plus tolérés et la misère y est prépondérante. Au gré des rencontres, la jeune fille va devoir survivre, accompagnée d’un vieil homme qui tente de redonner goût à la lecture à une population ankylosée. Plusieurs destins vont se croiser : Candice qui enchaîne les emplois mal rémunérés dans des banlieues misérables ; Christian qui n’a plus de souvenirs ; une petite fille qui écrit sur commande, dans un troquet, pour le plaisir des gens. Tous ces personnages vont se connaître, cheminer, se confronter au monde inhumain de la lumière bleue, avec en toile de fond la menace de la destruction de la culture et de modernes autodafés.

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Un jour, je regardais une émission sur les footballeurs connus ayant une forte personnalité, un fort caractère. L’un d’eux, Antonio Cassano, y racontait sa vie, enfant, une vie très compliquée… Pour aider sa mère, avec laquelle il vivait seul, il jouait au foot dans les rues. Il était tellement fort que les gosses du quartier se l’arrachaient pour l’avoir dans leur équipe. Ils lui proposaient même de l’argent… Il aidait sa mère comme cela. Ce témoignage m’a donné l’idée d’une nouvelle… Je l’ai écrite, à la différence que le petit footballeur surdoué n’était pas un garçon mais une petite fille, Clara, le personnage principal de mon roman. Cette nouvelle, je l’ai assemblée avec d’autres, naturellement… Il y avait, sans le vouloir, de nombreux points communs entre elle. Aujourd’hui encore, ce processus m’apparait mystérieux, ça s’est fait sans véritablement forcer, de façon très naturelle.

Quel mode d’édition avez-vous choisi ? Maison d’édition ou autoédition ?

J’ai été publié par la maison d’édition ‘Le Lys Bleu éditions’.

Quel est le public visé ?

Plutôt adulte… Mais l’héroïne est une enfant… Elle peut aussi être lue par un jeune public. C’est une dystopie… Le roman est assez sombre dans l’ensemble. Les amateurs du genre apprécieront peut-être.

Quelle est la date de sortie ?

Fin janvier 2021.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

Lisez… Imaginez… Rêvez… Ecrivez…

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

J’ai commencé mon deuxième roman… J’ai bien avancé. Ce n’est pas la suite de ‘Lumière bleue’… Mais de plus en plus, j’y pense, à cette éventuelle suite… Nous verrons bien… Peut-être pour le troisième roman.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

J’aime les romans français, étrangers… J’ai une grosse attirance pour la littérature américaine.

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

J’adore John Irving, Douglas Kennedy, Caryl Férey, Charles Bukowski, Virginie Despentes, et tant d’autres…

Merci infiniment à Xavier pour sa gentillesse et sa générosité.

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.