Interview de Rustine

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir l’interview de Rustine qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

J’ai toujours cru que j’étais une scientifique, et j’ai donc suivi un cursus scolaire dans cette optique. Je travaille aujourd’hui dans l’informatique, plutôt côté fonctionnel. Mais ce n’a jamais été une passion. Je suis une créative et une manuelle ! Je n’ai aujourd’hui aucune formation littéraire à mon actif, je suis donc totalement autodidacte et je découvre tout au fur et à mesure. C’est une discipline passionnante !

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

Il y a presque 5 ans, l’idée de mon premier roman est née dans ma tête. Je ne saurais dire d’où elle est venue, elle s’est comme imposée à moi. J’ai trouvé le scénario original mais, n’étant pas auteure, j’ai rangé cette histoire dans un coin de ma mémoire. Et puis, il y a 2 ans, je me suis dit que je pouvais au moins essayer de l’écrire pour moi, pour garder une trace. Après en avoir rédigé environ un quart, je me suis retrouvée bloquée dans une partie de la rédaction qui demandait plus de réflexion. Manquant alors de motivation, je relisais parfois le manuscrit pour tenter d’en poursuivre l’écriture, mais ça ne prenait pas. L’année dernière, j’ai eu l’opportunité de ne pas travailler durant tout le mois d’août, et je me suis donc dis : « Tu prends ce mois et tu finis #Misséline ». J’ai donc repris mon texte, et cette fois, les mots se sont enchainés comme une évidence. Les personnages avaient leurs mots à dire, ils guidaient ma plume. C’était magique !

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ? Pseudo ou vrai nom ?

J’ai longtemps hésité entre mon vrai nom et un pseudo. Je vais vous raconter la petite histoire. Il se trouve que je prends des cours de chant (depuis presque 4 ans) et que je chantais parfois avec la troupe dans un petit théâtre avant l’apparition de ce contexte difficile. Le premier confinement m’a apporté un cadeau, celui de composer mes propres chansons, des petites chansons françaises sans prétention mais que j’ai envie de partager. J’ai donc cherché un nom de scène, et j’ai choisi Rustine 😉 Quand j’ai sorti mon roman, la question du nom d’auteur s’est alors posée. Après longue réflexion, j’ai trouvé évident d’avoir un seul univers créatif regroupant chanson et écriture. Voilà pourquoi vous me connaissez aujourd’hui sous ce pseudo que j’affectionne particulièrement. Il représente pour moi la simplicité, la petite folie qui me caractérise. Et puis, la rustine, ça sert aussi un peu à réparer, non ?

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

La bienveillance, la nature, le ciel (nuages, étoiles…), la musique, le bruit des vagues, une bougie allumée, la méditation, les moments partagés avec les proches qui sont devenus si rares (vive la visio même si ce n’est pas pareil !), tout ce qui peut procurer des émotions. C’est un feeling, un instant, quelque chose que l’on n’explique pas.

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

Quand j’écris chez moi, je suis la majorité du temps sur le canapé avec mon ordi portable, pas par fétichisme mais par confort 😉 Je mets souvent de la musique pour m’accompagner et parfois même une musique en boucle si elle me transporte dans une ambiance particulière. Par exemple, pour #Misséline, j’ai beaucoup écouté Misty Mountain (chanson issue du film The Hobbit). Effectivement, il n’y a aucun rapport entre Bilbo et Misséline, mais la profondeur de ces voix graves créait sans doute en moi une atmosphère similaire ! Pour ce roman, j’ai écrit tout en une seule passe. J’avais le récit complet après la première écriture. Ma relecture a eu pour seul objectif de détecter les incohérences et de remanier certains paragraphes que je ne trouvais pas clairs.

Que vous apporte l’écriture ? Reconnaissance, défouloir, bien-être ?

Je ne sais pas si je sais répondre à cette question. C’est dur. Ce n’est pas un défouloir. Je ne cherche pas la reconnaissance, même si j’ai vraiment envie de partager ce roman avec le plus grand nombre de lecteurs possible. Je dirais peut-être un bien-être… Je découvre je que prends beaucoup de plaisir avec ce livre. J’ai découvert tellement de choses et rencontré tellement de personnes bienveillantes dans cette aventure, que c’est un réel bonheur.

Comment s’appelle votre œuvre ?

Mon roman s’appelle Misséline, souvenir d’un amour incompris.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

Je crois que la 4ème de couverture parle d’elle-même, donc la voici :
« Le coup de foudre est soudain et inattendu. Il vous entraîne dans un tourbillon intérieur. Que peut-il se passer quand ce sentiment frappe une petite fille de sept ans qui ne comprend encore rien à l’amour ? Jolie rousse aux yeux verts, née dans l’entre-deux-guerres, Misséline a senti son cœur bondir de sa poitrine, ce jour où elle a croisé le regard inoubliable du garçon à la bille. Devenue une jeune femme pétillante et une maîtresse d’école appréciée dans le village, son destin finira par la rattraper. Sa vie se trouvera complètement bouleversée par cet amour qu’elle pensait profondément enfoui dans ses souvenirs d’enfance. Contrainte et forcée de s’y replonger, s’en sortira-t-elle indemne ? »

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Simplement mon imagination et mes émotions ont fait le reste.

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Je n’ai pas souhaité envoyer mon manuscrit en ME pour le moment. Je souhaitais mener mon aventure jusqu’au bout pour pouvoir vivre l’ensemble des étapes pleinement et respecter l’intégrité de mon roman. De plus, je n’avais pas la patience d’attendre six mois pour vous le présenter sans même l’assurance de pouvoir être éditée. Je me suis donc autoéditée, mais c’est du boulot 😉

Quel est le public visé ?

Après avoir reçu le retour de personnes de profils variés (hommes, femmes de tous âges), je crois pouvoir dire que mon roman peut intéresser tout le monde (sauf les enfants). Je pense que le public visé est celui qui souhaite ressentir des émotions et vibrer au rythme de celles de Misséline.

Quelle est la date de sortie ?

#Misséline est sorti officiellement le 5 mars de cette année.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

Je pense que mon parcours est assez atypique, comme l’histoire de mon roman, si on regarde les commentaires sur Amazon ! La sortie de ce premier roman est donc la preuve que l’on peut y arriver, qu’il faut y croire et surtout oser 😊

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes, n’hésitez pas
!

J’en ai une fraîche qui me vient à l’esprit à l’instant. Je suis allée à la poste début de semaine dernière pour envoyer mon roman à de futurs lecteurs de #Misséline. Je commence à discuter avec la postière qui me demande de quel type de livre il s’agit. Je lui explique et il semble qu’elle aime bien ce genre-là. J’y suis retournée en fin de semaine, et je suis tombée à nouveau sur elle. Elle m’a annoncé qu’elle l’avait commandé et qu’elle espérait le recevoir avant le week-end pour lui tenir compagnie pendant le confinement local. Un événement inattendu et plaisant ! La vie est parfois surprenante !

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre
?

À noël, j’ai entamé une seconde romance, un tout autre style. Je n’ai pas au beaucoup de temps pour poursuivre depuis le début de l’année, mais je compte bien m’y remettre très bientôt. Mon objectif serait de le sortir cette année !

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir
?

Du coup, j’en ai déjà parlé un peu avant. Je voudrais enregistrer progressivement mes chansons afin de les partager sur mon site internet. Le contexte n’aide pas mais je n’ai pas dit mon dernier mot 😉

Quel est votre genre littéraire de prédilection
?

Je n’ai pas de genre littéraire en particulier même si j’avoue que la romance me fait rêver ;). Je lis de tout, même des livres de développement personnel. Le plus important pour moi, c’est de ressentir, de vibrer, d’être vraiment plongée dans l’univers de l’auteur.

Un très grand merci à Rustine pour sa gentillesse et sa participation à mon projet d’interview.

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.