Seconde interview de Anaïs Guiraud

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir la seconde interview de Anaïs Guiraud qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions pour clore cette année 2020.

Pouvez-vous vous présenter succinctement pour ceux qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Alors déjà, un grand merci pour me permettre de me présenter à nouveau ! Je m’appelle Anaïs, je suis auteure de roman historique, dont un est publié en autoédition depuis maintenant 6 mois et une nouvelle historique fantastique en ebook, depuis un mois environ. Ma période préférée est le Moyen Âge et spécifiquement le 13e siècle !

D’où venez-vous ? (Pays, région ou ville ou campagne) je sais ce n’est pas terrible mais c’est pour faire une variante 😁 et je trouve chouette de connaître la portée des échanges littéraires

Mais si c’est très bien, d’autant que ça compte beaucoup pour moi dans mes choix d’écriture. Je viens du sud de la France, je suis née à Narbonne et mes racines sont très importantes pour moi. J’ai passé plus de 15 ans en région parisienne avant de m’installer en Suisse, où je vis depuis un an à présent. Je vis plus proche de la nature désormais et ça me convient beaucoup plus !

Avez-vous toujours aimé écrire et/ou lire ?

Je ne sais pas si on peut dire toujours, mais j’écris depuis ma préadolescence, ça c’est sûr. J’adore lire depuis toujours, ça m’a motivé à écrire mes propres histoires. J’ai beaucoup écrit de nouvelles ou de petites poésies, depuis longtemps, avant de m’y mettre de façon définitive il y a environ 5 ans et d’écrire mon premier roman d’un bout à l’autre. Achever une histoire complète c’était nouveau pour moi.

Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Souvent, cela part d’un lieu ou d’une histoire pas banale, une anecdote historique ou étrange qui attire mon attention et à partir de laquelle je vais développer une histoire complète. Souvent, je me pose la question suivante : comment vivaient les gens ordinaires à cette époque ? Que pouvaient-ils ressentir dans telle ou telle situation ? Car on a souvent le point de vue des gens importants, nobles, politiques, religieux, qui laissent une race dans l’histoire, pas celles des gens comme toi et moi. Mon but c’est de leur donner une voix.

Et à partir de là, je tire un fil et c’est parti…

Comment se déroule une séance d’écriture « classique » ? Avez-vous des rituels particuliers ?

Alors je peux me mettre à écrire spontanément, mais sinon je m’installe à mon bureau toujours avec une boisson chaude de préférence du thé, et je fais une petite séance de « visualisation ». Je m’imagine la situation, les personnages, je me « vois » en train d’écrire… Et je me lance. Soit je fais plusieurs petites sessions de 15 minutes, soit si je suis vraiment lancée, je peux écrire plusieurs heures sans m’arrêter. Je ne compte pas trop mes mots par contre ni me mets d’objectifs en ce sens. Je regarde à la fin ^^ Le tout c’est d’éloigner les distractions.

Comment vous voyez-vous en tant qu’auteur (celle-là elle n’est pas facile je vous l’accorde 😉)

Je ne me vois pas ! XD

C’est difficile à dire, vraiment, je me vois plutôt comme une auteure un peu solitaire (ok, beaucoup ! et appliquée, comme dans mon travail en fait, je suis assez sérieuse et je n’aime pas laisser les choses au hasard !

Pour autant, je ne fais pas vraiment de plan défini, je me laisse porter par l’histoire et mes personnages. J’adore revenir sur mon « pseudo-plan » d’ailleurs à la fin, pour voir ou l’histoire m’a amené au final, les digressions et les grosses différences (ou pas) avec ce que j’avais en tête au départ.

Comment s’appelle votre œuvre ?

Mon prochain roman à paraître en janvier s’appelle « Les Mirages de Terre sainte », c’est le préquel de mon précédent roman, « Absolution ». On y découvrira la jeunesse de mon personnage principal, pendant la 7éme croisade.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

« Oui, fils, va. Reviens-nous couvert de gloire ou ne reviens pas. »

Amaury a seize ans quand le roi Louis IX lance l’appel pour la septième croisade. Il doit rejoindre l’ost et son souverain à Aigues-Mortes. Après un premier périple du Limousin au Languedoc dont il ne sortira pas indemne, il embarque le 25 août 1248 avec le reste de l’armée.

De Chypre à Acre, de Castel Pèlerin à Damiette, Amaury va vite découvrir que la Terre sainte est loin de la terre promise par les livres sacrés. Et ce n’est pas sa rencontre avec un mystérieux templier qui va le détromper…

Entre intrigues politiques et amoureuses, entre honneur et trahisons, entre amitiés et allégeances, Amaury devra choisir son camp et pourrait bien perdre les illusions de sa jeunesse.

Après Absolution, découvrez la jeunesse d’Amaury de Villiers, à travers un voyage initiatique sur les rivages de Méditerranée. »

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Dans Absolution, mon personnage principal, Amaury de Villiers est un inquisiteur intransigeant, peu sympathique, un religieux un peu fanatique, qui ne supporte pas la faiblesse, ni la sienne ni celle des autres. Il va changer, mais j’ai eu envie de raconter les évènements de sa jeunesse pour expliquer ce qui l’avait mené à ça, quel était son parcours.

Et au niveau des dates, cela correspondant avec la 7e croisade. À ce moment-là, il a 16 ans, donc tout à fait l’âge de partir se battre pour ce qui est à l’époque l’autre bout du monde connu, il est même un petit peu vieux pour devenir écuyer !

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Autoédition, pour la liberté bien sûr, pour la préservation de mes droits et parce que ce que je vois des ME ne me donne pas très envie… Je pense que la crise que nous vivons va avoir un impact durable sur le modèle économique du livre, j’attends de voir comment cela va se passer mais pour moi l’autoédition est un choix malin quand on a envie de se lancer.

Quel est le public visé ?

Un public adulte, il y a des scènes à ne pas mettre entre toutes les mains. Mais vu mon lectorat actuel, je dirais plutôt féminin et compris entre 25 et 65 ans ! Mais tout ça est très subjectif je trouve, j’ai des lecteurs plus jeunes et plus âgés également, et masculins même si ce n’est pas la majorité.

Quelle est la date de sortie ?

Au plus tard le 31 janvier prochain et si je peux, ce sera avant, cela va dépendre de la rapidité de mes bêta lecteurs et je ne veux pas leur mettre de pression pour qu’ils travaillent sereinement.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

Je voudrais remercier ma communauté sur Instagram, notamment les auteur(e)s et bookstagrameur(e)s qui m’ont beaucoup aidé cette année. Grâce à eux, je sens que je me suis améliorée, que je prend les choses avec plus de recul et de professionnalisme, j’ai su m’entourer grâce à leurs conseils et j’espère que cela portera ses fruits.

Et bien sûr mes lecteurs et lectrices sans qui je n’avancerais pas !

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes concernant la réalisation de votre œuvre, n’hésitez pas !

C’est assez drôle, mais j’ai un truc avec les prénoms qui n’est pas banal. Cela fait deux fois que je choisis sans le savoir des prénoms pour mes personnages et qu’ensuite des amies à moi, sans avoir lu mes livres puisque c’est généralement en phase d’écriture, les appellent comme mes personnages. Je précise que ce sont des prénoms rares, c’est d’autant plus étonnant !

Je m’inspire aussi beaucoup de mes ancêtres et j’essaye de glisser un personnage qui leur ressemble dans chacun de mes romans.

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

J’ai prévu de publier la suite directe d’Absolution à l’automne 2021 et j’ai aussi un projet en cours avec ma nouvelle « Fortunae », qui est un projet participatif !

Début février j’annoncerai les résultats du sondage et si au moins trente personnes veulent que j’écrive la suite, alors elle paraîtra au printemps. Entre-temps, les lecteurs pourront voter sur mon compte Instagram pour orienter des passages de l’histoire que je leur soumettrais.

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir ?

J’ai commencé un tout nouveau projet de roman historique, qui nous emmènera cette fois beaucoup plus loin dans le passé, en – 1 400 avant jésus christ, à la découverte d’une civilisation antique méconnue de la Méditerranée. Ce sera une romance, sur fond d’une des pires catastrophes naturelles de l’histoire antique, à tel point qu’elle serait à l’origine du mythe de l’Atlantide.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

Les romans historiques bien sûr, mais aussi tous les romans d’aventures, avec un souffle épique, la fantasy et les dystopies. J’aime quand l’imaginaire côtoie le réel.

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

Serge Brussolo est l’auteur qui m’inspire le plus, je voudrais tant écrire comme lui de tout, sur tout et tout le temps ! Il est si brillant et prolifique ! J’adore !

Dans le genre, Victor Dixen est aussi un auteur que j’admire. Extincta est mon coup de cœur de cette année.

Un très grand merci à Anaïs pour sa gentillesse et sa participation à mon projet d’interview pour la seconde fois.

C’est toujours un plaisir d’échanger avec une auteure aussi bienveillante !

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

#Interview

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.