Interview de Marie Emmanuelle Tourbillon

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de découvrir l’interview de Marie Emmanuelle Tourbillon qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

J’ai une formation scientifique et je travaille dans la recherche clinique. Un univers à mille lieues de la littérature ! Pourtant mon cœur a toujours balancé entre ses deux mondes. Petite, je rêvais de devenir écrivaine/paléontologue/vétérinaire/égyptologue… vous voyez un peu le délire !

Évidemment, j’ai dû faire un choix. Mais aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre entre ma profession qui me permet de satisfaire ma curiosité scientifique et l’écriture de romans de fiction. Je me suis lancée dans cette aventure en autodidacte.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

J’ai toujours aimé raconter des histoires. Dès que j’ai su lire et écrire, je me suis lancée dans l’écriture de récits de fiction que j’illustrais avec des autocollants ou des dessins.

À l’école, je prenais plaisir à participer aux ateliers d’expression écrite sur des thèmes imposés.

J’ai un peu délaissé l’écriture pendant mes études et c’est en exhumant un manuscrit inachevé d’un tiroir (enfin, d’une clé USB !) que j’ai repris goût à l’écriture. À partir de ce moment, je n’avais plus qu’une idée en tête : terminer mon roman et le publier.

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ? Pseudo ou vrai nom ?

En ce qui me concerne, le choix n’a pas été difficile. J’ai toujours rêvé de voir mon véritable nom sur la couverture d’un livre. Alors, je ne me suis pas posé trop de questions. Et puis, on m’a souvent dit que mon patronyme était classe, alors je le mets en avant !

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

Tout est source d’inspiration pour moi. Que ce soit une discussion, un livre, un film, une scène de la vie courante, la nature. Étant une personne très observatrice, je garde un œil attentif sur le monde qui m’entoure. J’y pioche ce qui m’intéresse, le bon comme ce qui l’est moins.

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

Depuis quelque temps, j’ai adopté la méthode Pomodoro pour mes sessions d’écriture. Cette méthode me permet de subdiviser ma séance en 4 sessions de 25 minutes avec une pause de 5 minutes. Lorsque je n’ai pas le temps d’appliquer cette méthode, j’essaye d’écrire pendant au moins 30 minutes, tous les jours. L’idée étant d’intégrer l’écriture à ma routine journalière.

Je n’ai pas d’objet fétiche. En revanche, j’ai toujours un petit carnet dans mon sac pour noter mes idées au fur et à mesure.

Que vous apporte l’écriture ? Reconnaissance, défouloir, bien-être ?

L’écriture est un véritable exutoire. Je suis une personne introvertie, alors l’écriture est devenue ma forme d’expression. Je dis souvent que si quelqu’un veut vraiment me connaître, il en apprendra plus sur moi en lisant mes écrits qu’au cours d’une conversation.

L’écriture, tout comme la lecture, constitue ma petite bulle régénérante dont j’ai besoin pour me sentir bien.

Comment s’appelle votre œuvre ?

Mon prochain roman s’intitule GIMMICKS Face A — Rise & Fall. Il s’agit d’une romance New Adult qui paraîtra sous forme d’une duologie.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

« Toujours viser la lune »

Tel est l’objectif que s’est fixé Maya Robinson et elle est bien décidée à l’atteindre. À seulement vingt-trois ans, son talent pour la photographie et son ambition lui ont ouvert les portes de Chicago Waves, l’agence de presse la plus réputée de l’Illinois. Mais, Maya ne compte pas s’arrêter là !

Lorsque les GIMMICKS, un groupe de rock en plein essor, font appel à l’agence pour couvrir leur première tournée nationale, la jeune femme y voit l’occasion de se faire un nom dans le milieu. C’était sans compter sur le célèbre duo formé par les jumeaux Noah et Nevin Blake, dont l’aura hypnotique ne laisse pas Maya indifférente. Et, si rien ne résiste à la vague déferlante « Blake », celle-ci est connue pour tout emporter sur son passage, y compris les bonnes résolutions de la jeune photographe.

En sillonnant les routes américaines aux côtés des GIMMICKS, Maya est loin d’imaginer ce que l’avenir lui réserve. Mais la menace n’est pas forcément celle que l’on croit. Car, il existe des périls aussi invisibles qu’insaisissables, qui n’attendent que leur heure pour surgir de l’ombre…

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Bonne question ! À vrai dire, l’histoire comme les personnages se sont imposés à moi. Je n’ai pas vraiment eu besoin d’y réfléchir. Pour l’intrigue secondaire, je me suis inspirée d’un fait divers.

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Les deux, mon capitaine ! Mais pour GIMMICKS, j’ai choisi l’autoédition.

Quel est le public visé ?

Je dirais que mon roman vise essentiellement un public entre 18 et 30 ans, qui aime la romance.

Quelle est la date de sortie ?

Je n’ai pas encore de date de sortie officielle, mais si tout se passe bien le premier tome sortira en février 2021. Encore un peu de patience !

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

Comme l’a dit George Eliot, « Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que l’on aurait pu être ». Cette citation m’a suivie tout au long de l’écriture de mon premier roman. Elle ne m’a jamais paru aussi vraie ! Quel que soit votre âge, il ne faut pas avoir peur de se lancer, même si ce n’est pas toujours facile et que cela peut faire peur. L’essentiel est de ne pas baisser les bras et de persévérer. Chaque rêve mérite qu’on se batte pour le réaliser !

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes, n’hésitez pas !

Je dois avouer que je me suis parfois inspirée de vraies discussions pour écrire certains dialogues ! J’espère que les personnes concernées ne m’en voudront pas !

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

Je travaille actuellement à la rédaction du tome 2 de GIMMICKS.

Par ailleurs, mon premier roman « Là où bat mon cœur » qui est sorti en autoédition en janvier 2020, va faire l’objet d’une réédition chez Evidence Editions. La sortie est prévue pour 2021.

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir ?

J’ai deux ou trois autres projets de romans qui me trottent dans la tête. Mais j’attends de terminer ma duologie avant de m’y consacrer.

J’aimerais beaucoup me lancer dans un projet à quatre mains, un jour !

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

J’ai une préférence pour la romance, mais j’aime varier mes lectures de temps en temps.

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

J.R.R Tolkien. Oui, oui, je sais ! Ça n’a strictement rien à voir avec ce que j’écris, mais j’adore ! Le fait que l’auteur soit parvenu à créer tout un univers, mais aussi des langues autour de ses œuvres, me fascine.

Un immense merci à Marie Emmanuelle pour sa gentillesse et sa participation à mon projet d’interview.

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

#Interview

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.