Interview de Kabee Grey

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose de (re) découvrir l’interview de Kabee Grey qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions lors d’une balade à dos d’escargots 😁

Attention ! Je suis une vraie pipelette !

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

À la base, j’ai une formation littéraire et artistique, bien que les maths-sciences m’attiraient aussi à l’époque. J’enseigne les Arts Appliqués en lycée professionnel depuis plus de 20 ans. J’adore cette matière car elle nous oblige à nous intéresser à tout ce qui nous entoure. Cela peut aller de la communication visuelle, de l’architecture, de la conception d’objets à la chimie, la physique, la mécanique, aux langues vivantes, la sociologie, la biologie… et comme je suis très curieuse du monde… C’est un penchant que l’on retrouve dans mon livre et qui m’a pas mal aidée pour l’écrire.

Sinon, comme pour beaucoup de mes pratiques artistiques, je suis totalement autodidacte dans le domaine de l’écriture de romans.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

Mon enfance plutôt difficile m’a poussée à trouver des échappatoires pour « survivre ». Le dessin et l’écriture m’ont sauvée.

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ? Pseudo ou vrai nom ?

Je ne voulais pas utiliser ma véritable identité car je n’assumais pas ce que j’écrivais. Cela s’explique par le fait que j’ignore ma véritable valeur dans ce domaine. Je suis quelqu’un qui doute énormément, de certaines de mes capacités. Écrire et publier constituait un challenge. En avançant dans l’autoédition, j’ai fini par me dire que cela n’avait pas autant d’importance finalement, mais comme j’ai publié sous mon pseudonyme eh bien je l’assume maintenant, lol. « Kabee Grey » est un jeu de mots à partir de mon prénom et nom.

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

Quasiment tout. C’est fonction de mon humeur ou de ce que je recherche à mettre en avant.

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

Autant je recherche l’acoustique des toilettes ou de la douche pour chanter, autant l’inspiration littéraire peut me venir à tout moment. Je dirais néanmoins des endroits où je suis seule, comme ma voiture ou encore au saut du lit par exemple. Quant à avoir une méthode de travail, j’ai besoin que mes idées soient organisées un minimum. J’aime le pouvoir du papier, je me suis donc constitué des dossiers et sous-dossiers pour chacune des grandes parties. Je les nourris au fur-et-à-mesure que fusent les idées. Outre une frise chronologique (pour éviter de me perdre dans la complexité des multi versions), j’ai conçu des fiches personnages et Mouades, mais je ne m’en sers que très rarement car à mesure que j’avance dans l’histoire, je fais connaissance avec mes protagonistes. Ils sont même capables de me surprendre ! J’ai une sensibilité pour le visuel, c’est la raison pour laquelle j’ai confectionné des planches iconographiques sur chacun des Mouades et de ses peuples, c’est plus efficace à mon goût que des grilles. C’est mon côté « arts appliqués » qui ressort.

Que vous apporte l’écriture ? Reconnaissance, défouloir, bien-être ?

La reconnaissance étant quelque chose de très nouveau pour moi, je ne le ressens donc pas comme une priorité. Pour moi, écrire me permet avant tout de m’évader, d’échapper au quotidien, et ici de rendre hommage à ceux que j’aime.

Comment s’appelle votre œuvre ?

OURANA, Axiomes Livre 1. Il s’agit d’une trilogie.

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

Difficile d’en faire un résumé. Disons que dans ce premier opus, je vous invite à suivre des groupes de personnages (adolescents et adultes) à travers trois intrigues. Des intrigues qui convergent toutes vers un même but : démontrer que la Terre que nous pensons connaitre cache des réalités qui vont au-delà de nos savoirs scientifiques et historiques. Que les légendes urbaines trouvent toujours une source vérifiable. Qu’il n’y a jamais de fumée sans feu. Ce roman cherche à vous retourner un peu l’esprit, je l’admets.

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Tout d’abord mes enfants. Ourana leur est dédié. Mais il a pris une dimension bien plus large lorsque j’ai commencé à intégrer des points qui m’interpelaient plus personnellement.

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Comme nombre d’auteurs, j’ai démarché plusieurs ME mais jusqu’à présent je n’ai essuyé que des refus. Au bout de 8 mois d’attente, j’ai décidé de me lancer toute seule dans cette aventure. Le cheminement est perfectible mais je fais de mon mieux.

Quel est le public visé ?

Tout public. Je sais que l’on ne peut pas plaire à tous, mais je souhaiterais interpeler autant les ados que les adultes. Je suis ravie d’avoir conquis également le cœur de lecteurs que la SF n’intéressait pas plus que ça. Je pense sincèrement que tout le monde peut y trouver son compte.

Quelle est la date de sortie ?

Il est déjà disponible sur la plateforme Amazon.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

Croyez en vous, croyez en vos rêves. Faites tout pour les accomplir. Vous donner une chance est ce qu’il y a de plus important dans l’accomplissement d’un être humain. Ne laissez jamais les problèmes être un obstacle. Peu importe la longueur du chemin, le plus important est de parcourir cette route et d’atteindre sa destination. Confucius disait : « Notre plus grande gloire n’est pas de ne jamais tomber mais de nous relever après chaque chute. »

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes, n’hésitez pas !

Je ne sais pas si l’on peut qualifier cela d’anecdote. Lorsque j’ai débuté la dernière phase d’écriture d’Ourana, j’étais entourée de mes trois piliers, des amies sans qui ce livre n’aurait peut-être pas abouti. À mesure que je rédigeais ma théorie sur notre véritable Monde, je tombais sur des articles (très sérieux) qui annonçaient des évènements qui y faisaient écho ! C’était très perturbant pour nous, et ça amenait fatalement d’autres questionnements. C’est comme ça que l’idée de mettre des notes de page y faisant référence m’est venue. Mais je t’assure que c’est un peu flippant…

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

Je suis en pleine écriture du tome 2. Un film ? Dans mon entourage, beaucoup envoient des messages subliminaux à Spielberg, Jackson ou Cameron pour qu’ils s’intéressent un jour à « Ourana ». Pas certaine que ça porte ses fruits… Si par chance mon projet pouvait un jour intéresser une ME sympa, j’en serais déjà bien heureuse 😊

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir ?

Je suis toujours à l’affût d’une nouvelle palpitante et incroyable qui pourrait accréditer davantage encore mon histoire 😉 Je suis certaine que notre univers en regorge encore 😊

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

Je n’en ai pas qu’un seul. J’aime bien évidemment le fantastique, la fantasy, l’heroic fantasy, mais également l’épouvante, les romans policiers, quelques romans historiques (tout dépend le sujet). C’est curieux et je vais sans doute en surprendre plus d’un mais les romans de SF purs (avec vaisseaux spatiaux, étoiles, guerre des planètes) ne m’attirent pas plus que ça, je préfère les films dans ce cas.

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

Une question difficile car là aussi il n’y en a pas qu’un. Mais j’apprécie tout particulièrement Rick Riordan pour son écriture dynamique et moderne qui m’a grandement inspirée pour « Ourana » ; Dan Brown, Jesse Kellerman, Stephen King, Anne Rice…

Après ces petites balades (oui oui c’est bien nous, regardez bien) à dos d’escargots qui nous ont permis de papoter le temps de cet échange, je tiens à remercier infiniment Kabee pour sa gentillesse et sa participation à mon projet d’interview.

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

Une réflexion au sujet de « Interview de Kabee Grey »

  1. Ping : #9 Ourana : Livre 2 La communauté des Crânes | Plume corrective

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.