Interview de K. Bellatrix

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vous propose l’interview de K. Bellatrix qui a eu la gentillesse de répondre à mes questions.

Quel est votre parcours professionnel ? Avez-vous une formation particulière dans le domaine de la littérature ou êtes-vous autodidacte ?

Je suis autodidacte.

J’ai travaillé plusieurs années dans la police nationale, j’ai donc naturellement abordé l´écriture par un premier roman policier (édité dans une maison d’édition, sous mon vrai nom) plaçant l’enquête au cœur de l’intrigue.

Depuis, je fais évoluer mon écriture, pour donner plus de place à l’ambiance, et mon dernier projet n’a même plus de meurtre du tout !

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture ?

J’ai toujours aimé le contact avec les vieux livres : le toucher, l’odeur, depuis ma petite enfance, donc un attrait d’abord pour la matière avant même le contenu. Et j’avais cette image en tête des « médecins philosophes » des siècles passés, qui alliaient sciences et écriture. Et cette image revenait souvent dans ma tête, un peu comme un graal.

Retourner à l’université pour faire médecine n’était plus une option, alors qu’il n’y a pas d’âge pour commencer à écrire : j’ai donc décidé de réaliser « l’autre moitié » de mon rêve.

Comment avez-vous choisi votre nom d’auteur ? Pseudo ou vrai nom ?

J’ai choisi un pseudo pour mon aventure dans l´autoédition, en référence à Bellatrix, une des étoiles de la constellation d’Orion, parce que j’éprouve une véritable fascination pour les étoiles, le cosmos, l’univers ; ce sentiment d´être si petit dans l’immensité de l´espace, ce qui force l’humilité.

Qu’est-ce qui vous inspire dans la vie en général ?

Les gens : leurs comportements, leurs réactions, leurs interactions et les voyages aussi.

Quelles sont vos méthodes de travail ? Avez-vous des objets fétiches ou des lieux particuliers qui vous aident à travailler ?

Je n’ai pas de rituels particuliers. Malheureusement, j’écris quand je trouve le temps et aussi quand je m’en sens capable, c’est à dire quand je me sens en phase avec mon histoire et mes personnages.

Que vous apporte l’écriture ? Reconnaissance, défouloir, bien-être ?

L’écriture me permet de pouvoir partager ce que j’observe, ce qui me choque aussi, de parler du monde et d’interpeler le lecteur sur mes sujets. Ce qui est important pour moi dans un livre, c’est st la place des gens, leurs souffrances, leurs mensonges, leur complexité.

Comment s’appelle votre œuvre ?

Les Ténèbres d’Orcus

Pouvez-vous me la présenter par un résumé ?

L’histoire se passe à Rillon-en-Montagne, un village tranquille et isolé du Morvan. Chacun y mène une vie paisible, en apparence. Mais certains habitants protègent un vieux secret.

Dans la forêt communale, le corps d’un homme décapité est découvert. Il s´agit du frère du maire. Sylvain Chevrillon et son adjoint, gendarmes à la section de recherche de Dijon, mènent l’enquête.

Chevrillon décide de s’immerger dans la vie des villageois, où chacun garde un œil sur son voisin. Il investit l’univers des chasseurs afin de mieux cerner la personnalité des suspects. Il découvre un monde à l’opposé de ses principes de vie, inhospitalier, secret, n’acceptant pas l’intrusion de cet enquêteur orgueilleux aux idées préconçues.

Qu’est-ce qui vous a inspiré cette œuvre, histoire, personnage ?

Je suis originaire d’un petit village en Bourgogne. Et j’avais très envie d’écrire un roman où le paysage est à lui seul un personnage principal. Pour les lieux et les habitudes, j’ai donc puisé mon inspiration dans les souvenirs de mon ancien village, et pour décrire l’extérieur, mon expérience de plusieurs hivers suédois a nourri mon écriture.

Pour l’histoire, et sans spoiler : je ne supporte pas la maltraitance et l’injustice, ce qui a fortement inspiré le livre.

Quel mode d’édition ? Maison d’édition ou autoédition ?

Je suis hybride, comme on dit. Avec des romans édités en ME sous mon nom, et en autoédition sous mon pseudo.

Quel est le public visé ?

Les amoureux de thrillers, de romans noirs et à suspense.

Quelle est la date de sortie ?

Le livre est sorti début août 2020, publié par Librinova.

Il fait 280 pages, et est disponible en format eBook et broché sur tous les sites libraires.

Avez-vous un message à faire passer ? Général ou personnel.

« Ne hais personne, pas même le méchant. Plains-le, car il ne connaîtra jamais la seule jouissance qui console de vivre : faire le bien. » Octave Mirbeau

Si vous avez une ou plusieurs anecdotes, n’hésitez pas !

Comme j’ai volontairement souhaité que mon roman soit lu sous camouflage, au travers d’un pseudo pour gommer tout « prisme de lecture », et permettre au lecteur d’aborder le livre en le déconnectant complètement de l’auteur( e ), je vois régulièrement certains lecteurs persuadés que je suis une auteure, et d´autres un auteur.

Quels sont vos projets futurs ? Une suite, un film ou une nouvelle œuvre ?

Je rêverais bien sûr de voir Les Ténèbres d’Orcus sur grand écran 😉 Mais cela reste un rêve !

Avez-vous d’autres projets en cours, à venir ou à découvrir ?

Oui, un roman sans meurtre, sans policier et sans gendarme, avec une intrigue qui débute sur une dégustation de grands vins (un Bourgogne, bien sûr !) à Paris et qui nous emmènera sur l’île de Malte. Mon objectif est de l’autoéditer pour l’été 2021.

J’écris également des nouvelles. J’ai décidé d’en publier une très courte, de 4 pages, intitulée « Trahison », qui est disponible en Kindle sur Amazon.

Quel est votre genre littéraire de prédilection ?

Les polars ou les romans de littérature « générale ».

Je ne suis pas sensible à la science-fiction, au fantasy et au « feel good » et je n’éprouve aucun plaisir à lire des romans « trash / gores ».

Pouvez-vous citer un auteur qui vous inspire ?

J’aimerais citer deux auteurs.

Tout d abord, John Steinbeck. Son roman : « Des souris et des hommes » reste aujourd’hui le roman le plus marquant que j’ai lu.

Ensuite, Eric-Emmanuel Schmitt est un auteur qui m’inspire beaucoup ! J’ai lu une dizaine de ses romans et nouvelles. J’adore sa plume, et j’ai suivi sa « Masterclass d’écriture » sur The Artist Academy : ses conseils ont beaucoup résonné pour moi et m’ont permis de revoir ma manière d’aborder mon écriture.

Un très grand merci à l’auteure pour sa gentillesse et sa participation à mon projet d’interview.

Je lui souhaite une très belle réussite dans ses projets en cours et à venir.

#Interview

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.